Nouvelles:

Non au "pass nazitaire", non à l'injection d'immuno-toxiques aux enfants !

Menu principal

Messages récents

#91
Arrondissement de la Tour du Pin / 12 février 22, manif Bourgoin
Dernier message par Ouebmestre - 08 Février, 2022, 19:53:03
Jacques Blondet a bien déclaré la manifestation.
Avertissement de la police :
Plus de déclarations "inquiétantes" ; dans les prises de parole, se limiter aux cadres scientifiques, journalistiques, et comptes-rendus d'expériences personnelles.
Sinon, les prises de paroles seront près de l'hôtel des impôts et au retour à la médiathèque.
#92
Comparaisons internationales / Nous sommes tous des Truckers ...
Dernier message par Ouebmestre - 07 Février, 2022, 12:21:45
Nous sommes tous des Truckers canadiens !

Par Ron Paul — Le 31 janvier 2022 — Source Ron Paul Institute

Chacun se souvient de ce qu'il faisait le jour où le Mur de Berlin est tombé. Alors que tout indiquait que le joug communiste ne prendrait jamais fin, lorsque le peuple a décidé qu'il en avait assez, le mur est subitement tombé. Tout simplement.



C'est ainsi, après deux années d'autoritarisme covidiste, qu'au Canada, le plus grand convoi de camions de toute l'histoire est venu fracasser le Mur de Berlin de la tyrannie. J'ai suivi cet événement car le Canada, que j'avais par le passé respecté comme refuge pour les Étasuniens opposés à la guerre au cours des années 1960, s'était transformé en l'un des pays les plus répressifs au monde. Je me suis interrogé : comment un peuple épris de liberté a-t-il pu se laisser faire par ces mini-Staline sans broncher.

Et puis, le Canada s'est levé, et a montré au reste du monde que la liberté peut triompher sur la tyrannie, si le peuple l'exige. Comme je l'ai dit, aucune armée ne peut arrêter une idée dont l'heure est arrivée.
Justin Trudeau, le premier ministre canadien, s'est vautré dans son pouvoir de terroriser la population, au nom du combat contre un virus. Il avait tellement confiance en son propre pouvoir, apparemment illimité, qu'il s'est cru en mesure de pouvoir tourner en ridicule tout canadien montrant des idées différentes. Le premier ministre a affirmé au cours d'une interview récente que les Canadiens non-vaccinés sont « des extrémistes », « des misogynes » et « des racistes. »

Lorsque les truckers canadiens se sont levés face à sa tyrannie, et ont entamé leur convoi historique vers Ottawa, il a pensé pouvoir continuer à tourner le peuple en ridicule. Les camionneurs et leurs soutiens n'étaient guère qu'une « petite minorité à la marge », qui entretenait « des idées inacceptables », a-t-il alors affirmé avec aplomb. Pour Trudeau, l'amour de la liberté n'est guère qu'une « idée inacceptable. »

Moins d'une semaine plus tard, alors que des dizaines de milliers de camions commençait à entrer dans Ottawa, la capitale du pays, avec derrière eux des millions de soutiens [et ce, par -25°C, NdSF], le « brave » premier ministre canadien a pris la poudre d'escampette, et s'est évaporé, destination inconnue.

Comme l'a tweeté Elon Musk, « Il semblerait que la 'minorité à la marge' soit en réalité le gouvernement. »

Les médias dominants canadiens se montrent évidement tout aussi obéissants à leur régime que les nôtres. Ils ont ignoré le Freedom Convoy aussi longtemps qu'ils l'ont pu. Il n'en a été fait mention quasiment nulle part. Puis, lorsqu'il est devenu impossible de l'ignorer, ils se sont mis à l'attaquer et à le tourner en ridicule, au lieu d'essayer d'en faire mention avec honnêteté. On a eu le dégoût, et cela a été presque comique, de voir un « reporter » de la Canadian Broadcasting Corporation suggérer que le Canadian Freedom Convoy était un coup de Poutine et des Russes !

Des milliers de truckers sont arrivés à Ottawa. Ils ont exigé la fin de la tyrannie du Covid. Ils sont soutenus par des millions de citoyens, qui ont bravé la nuit hivernale pour soutenir les routiers.

Cette manifestation est très importante, car elle ne se limite pas au Canada. Les truckers reçoivent du soutien depuis le monde entier, et un convoi semblable se prépare, depuis la Californie jusque Washington DC. Aux États-Unis, où les étals des supermarchés sont de moins en moins bien approvisionnés, les routiers ont plus de poids que les pouvoirs en place n'aimeraient le reconnaître.

Si j'étais le premier ministre des pays totalitaires que sont l'Australie et la Nouvelle-Zélande — ou de n'importe quel pays d'Europe — je commencerais à avoir des sueurs froides. Comme la tyrannie covidienne est descendue sur le globe d'une manière apparemment coordonnée, à présent que le Mur de Berlin des tyrans est percé, il suffit de laisser le temps passer et les ondes de choc vont se propager, loin et puissamment.

Nous devons faire preuve de gratitude envers les routiers canadiens. Faisons tout notre possible pour aider le mouvement de la liberté à se poursuivre !

Ron Paul

Note du Saker Francophone
En France, un convoi est en cours d'organisation, semble-t-il pour converger à Paris à partir du 12 février, puis à Bruxelles le 14 février en ralliant des convois d'autres pays. Les camionneurs français et européens ne sont en général pas propriétaires de leur propre camion, contrairement au Canada, si bien que la structure du mouvement en France et en Europe promet d'être assez différente, et d'impliquer des voitures particulières ainsi que des non-camionneurs. Le mouvement s'organise sur Telegram, avec le canal convoyFrance, et semble-t-il également sur Facebook. et Vkontakt.

Traduit par José Martí, relu par Wayan, pour le Saker Francophone

https://lesakerfrancophone.fr/nous-sommes-tous-des-truckers-canadiens

Note du ouebmestre :
Attention à ne pas s'obnubiler sur la seule pénurie d'approvisionnements, dont l'oligarchie bancaire accuse les seules mesures dites "Covid", qui lui servent de couverture.
Un autre article du Saker Francophone attire l'attention sur les intentionnalités de la BRI et de la Fed :
https://lesakerfrancophone.fr/la-fed-a-declenche-un-desastre-stagflationniste-qui-va-frapper-fort-cette-annee
#93
Arrondissement de la Tour du Pin / Bilan de ma grève sardonique.
Dernier message par Ouebmestre - 03 Février, 2022, 21:58:52
Bilan de ma grève sardonique.

Finalement, les déclarations en préfecture pour le 29 janvier et pour le 5 février ont été faites, par l'obligeance de Jacques Blondet.
Sans cela, l'autocratie du couple Bonfré-Primevert restait le bec dans l'eau.
C'est moi qui ai porté l'annonce du 5 février au calendrier du site.
Le 29 janvier, cette autocratie hâtive a réussi à imposer à tous les présents un jeu de slogans bien pires encore que ceux du 22 janvier, les pires de toute l'histoire des manifs à Bourgoin.

Nous en avons de notre côté, mais rien n'a été discuté ni en réunion, ni en courriels.
Or nos semaines sont très chargées aussi de notre côté.

Côté positif de ma grève : j'ai enfin eu du temps pour écrire plusieurs remaniements pédagogiques dans l'annexe B du manuel ; il en reste encore une quantité écrasante à procéder pour sortir enfin la neuvième édition : https://www.lulu.com/en/en/shop/jacques-lavau/microphysique-quantique-transactionnelle-principes-et-applications/paperback/product-15vv2m5v.html
J'ai amplement de quoi m'occuper sans me crever le cul à organiser des manifs dans Bourgoin - pour un résultat très discutable.

Pendant ce temps là, les canadiens :
https://cr19i2s.fr/index.php?topic=174.0
Eux jouent collectif, pas perso, organisés, et pas brouillons.

#94
Fraudes d'ordre sanitaire / Le rapport scientifique explos...
Dernier message par Ouebmestre - 03 Février, 2022, 16:30:59
Le rapport scientifique explosif concernant les essais Pfizer, par Christine Cotton, biostatisticienne



https://reseauinternational.net/le-rapport-scientifique-explosif-concernant-les-essais-pfizer-par-christine-cotton-biostatisticienne/

par Nexus.

Le 2 février 2022, Nexus a interviewé la biostatisticienne Christine Cotton au sujet d'un rapport de 110 pages sur le vaccin anti-Covid de Pfizer/BioNTech sur lequel elle a travaillé.

Pour elle, les conclusions sont claires : les résultats officiels ne peuvent être considérés comme fiables et intègres au regard des bonnes pratiques cliniques. S'appuyant sur les documents officiels du laboratoire pharmaceutique, comprenant les protocoles et les rapports cliniques, elle nous explique dans cet entretien pourquoi les données officielles sont biaisées et comment les effets secondaires sont sous-estimés.

Voici le rapport téléchargeable : Vaccine-expertise-GCP-CCotton-2022-01-11-French2-copyright_comp

Vidéo :
https://youtu.be/iJ90Cm8fcks

source : Nexus

#95
Fraudes d'ordre sanitaire / Covid-19 en février 2022 : ant...
Dernier message par Ouebmestre - 03 Février, 2022, 16:08:04
Covid-19 en février 2022 : antiscience et désinformation à des sommets jamais atteints

par Michel de Lorgeril.

Ce pourrait être drôle ; mais c'est tragique !

Je vais faire un résumé de quelques « nouvelles » dans le sens des « news » à l'américaine...

1) Exsultate, jubilate !

Le business vaccinaliste triomphe : 10 milliards d'injection sur la Planète Terre ! Du jamais vu dans l'histoire de l'Humanité !

Tous les idiots jubilent et s'exaltent (ci-dessous). Des milliards !



Passons ! Après tout, on avait demandé aux industriels de produire des vaccins ; ils l'ont fait ! Que peut-on leur reprocher ?

2) Cette campagne de vaccination est-elle légitime scientifiquement ?

On peut en effet se demander si ces vaccins sont vraiment aussi efficaces que les industriels, les gouvernants et les médias le prétendent.

J'ai montré dans le Livre « Les vaccins à l'ère de la COVID-19 » que les rapports vantant les mérites de ces vaccins étaient des simulacres de science.

Ce qui m'étonne, c'est que je sois bien seul à le dire : qu'est-ce qui, tel un cobra, hypnotise les collègues scientifiques ?

On aurait pu, assez longtemps, penser que je délirais dans le complotisme antiscientifique...

Mais les faits sont terribles : on vaccine toujours plus et non seulement la pandémie ne cesse pas ; mais elle se maintient à des niveaux surprenants.

Je l'avais dit dans un précédent message : la 5ème vague aurait dû être bénigne mais elle ne l'est pas ! Vous avez des doutes ?
3) La réalité des faits !

Regardons les données d'un pays exemplaire en termes de vaccination antiCOVID : Israël !

Précocité du programme par rapport à tous les autres pays avec vaccination massive ; puis 3ème dose sans répit ; et maintenant en 2022, la 4ème dose...

Quels sont les résultats ? Laissons de côté l'incidence (les nouveaux cas) et focalisons sur la mortalité qui reste le paramètre pertinent pour évaluer la sévérité d'une épidémie !



On voit clairement qu'en termes de mortalité (sévérité), la situation ne s'améliore pas en Israël. Pire, sur la droite du graphique, jamais la mortalité quotidienne n'a été aussi forte qu'en ce début février 2022 !

Non moins curieuse est la récente publication dans un grand journal médical d'une étude israélienne montrant les bienfaits de la 3ème dose : rien moins que 90% de réduction du risque grâce à cette 3ème dose !

Cette étude est lamentable sur le plan scientifique. C'est de la désinformation pure et simple ! À mettre à la poubelle !

Que se passe-t-il ?

La réponse semble simple : la vaccination intensive n'est pas protectrice et pourrait être délétère !

Que faudra-t-il pour que les citoyens ouvrent les yeux ?

Puisque c'est la suite d'une épidémie en cours, pourquoi pas une « Petite suite » à la façon Debussy ?
https://www.youtube.com/watch?v=J_kiMeYKJbY

source : Michel de Lorgeril


https://reseauinternational.net/covid-19-en-fevrier-2022-antiscience-et-desinformation-a-des-sommets-jamais-atteints/
#96
Comparaisons internationales / Camionneurs de la liberté à Ot...
Dernier message par Ouebmestre - 02 Février, 2022, 23:02:59
Camionneurs de la liberté à Ottawa : la pénétrante et encourageante analyse d'une journaliste canadienne



C'est avec plaisir que je vous présente ci-dessous les observations, analyses et commentaires judicieux de ma très douée consœur d'origine canadienne, Hilary White, qui vient de les publier sur Twitter. Elle s'émerveille devant l'organisation, le calme, la parfaite gestion d'un événement de grande envergure qui a mobilisé des milliers et des milliers de camions en vue de bloquer le centre d'Ottawa pour reconquérir les libertés ravies aux Canadiens sous prétexte de lutter contre la « pandémie du COVID » – en particulier la liberté vaccinale. C'est un message d'espoir et aussi une leçon. Voici ma rapide traduction de ce passionnant « fil Twitter » signé Hilary White, comme toujours remarquable de clairvoyance ~ Jeanne Smits

*
1) Les personnes qui organisent cet événement ont manifestement une expérience et une sérieuse formation en logistique. On n'obtient pas un tel résultat en faisant sauter quelques gars dans leur bahut pour partir dans la nuit.

2) Ils ont fait savoir qu'ils avaient l'intention de rester et la police d'Ottawa a indiqué qu'elle était prête à les laisser rester. Comment ont-ils pu organiser le campement d'un grand groupe de personnes dans leurs cabines de camion pendant des semaines ou des mois sans se préparer minutieusement à répondre à leurs besoins ? Réponse : les camions que nous avons vu rouler sur la Transcanadienne avec des remorques ne roulaient pas à vide. Ils étaient remplis de provisions.

3) Ils sont incroyablement disciplinés quant aux messages véhiculés, d'une manière et avec un niveau d'intelligence que je n'ai jamais vus de ma vie chez aucun organisateur de manifestation. Ils savaient avec précision à quoi il fallait s'attendre de la part des gouvernements provinciaux, fédéraux et municipaux. Ils savaient à quoi s'attendre en détail de la part des médias et des agitateurs/contre-manifestants, ainsi que des personnes introduites dans la foule pour semer le trouble, et ils ont mis en place un protocole bien coordonné, clairement communiqué et strictement appliqué pour y faire face, qui exclut absolument tout affrontement personnel direct ; dès qu'une présence suspecte est identifiée, les manifestants authentiques créent un cordon autour de celle-ci, un espace qui isole cette personne, et UN interlocuteur désigné appelle le membre de la police d'Ottawa désigné comme agent de liaison. Nous avons vu cette méthode fonctionner avec le type qui était la seule personne présente avec une cagoule qui lui couvrait tout le visage, et portant le drapeau confédéré.

4) On m'a signalé que les camionneurs sont arrivés munis de nourriture, de moyens de communication, de fournitures médicales et d'autres types de fournitures de survie, selon une méthode identique à celle utilisée dans les zones de guerre par les casques bleus canadiens qui approvisionnaient les villes assiégées pendant la guerre des Balkans, entre autres. En d'autres termes, on peut voir ici à quoi ressemblaient les opérations logistiques militaires canadiennes à Sarajevo et à Mostar...

5) Ils ont « bloqué » le centre de la ville d'Ottawa, mais cela n'a pas été fait au petit bonheur la chance. Ils l'ont fait en étroite coordination avec la police municipale d'Ottawa pour s'assurer qu'il y ait – 1 – de l'espace pour que les véhicules des secours d'urgence puissent continuer à fonctionner – 2 – de l'espace pour que de très grands groupes de personnes à pied puissent continuer à se rassembler, se rencontrer, parler et marcher ensemble. Ce n'est pas non plus un hasard.

6) Ils ont fait en sorte de répondre aux critiques de manière proactive. Lorsque les opposants ont commencé à hurler que quelqu'un avait recouvert la statue de Terry Fox d'un drapeau, ils ont fait en sorte qu'il y ait une vidéo de manifestants camionneurs clairement identifiables nettoyant soigneusement la statue, et que cette vidéo devienne virale.

7) Ils sont incroyablement précis dans leurs messages, répondant instantanément et de manière transparente aux accusations, sans jamais chercher à s'excuser. Les organisateurs ont en même temps maintenu une discipline stricte en matière de communication, n'accordant pas d'interviews aux médias institutionnels, tout en restant visibles à titre personnel pour les gens sur le terrain, et en choisissant soigneusement leurs propres débouchés médiatiques :  cf. @glennbeck

8) Ils ont bien anticipé toute tentative éventuelle de les faire taire par l'intermédiaire des policiers, en prévoyant les attaques. Les forces de police de la ville d'Ottawa étant ridiculement petites, des bus entiers de réservistes ont été amenés de Toronto. Puis ceux-ci sont restés là à ne rien faire... Donc, quand les camionneurs ont vu que les policiers avaient un chemin ridiculement long à parcourir pour aller aux toilettes, ils ont déplacé des toilettes portables pour les mettre à leur disposition. Hier, on a appris que quelqu'un avait proposé du foin pour les chevaux de la police. Ce foin a été apporté dans les camions – ils savaient donc qu'ils en auraient besoin.

9) Tout cela me porte à penser que – 1 – cette opération a été méticuleusement planifiée par des experts en logistique formés par des professionnels, mais c'est le genre de formation que l'on ne peut pas obtenir dans le secteur privé – les personnes qui s'occupent de cette opération sont d'anciens militaires – et – 2 – ils ont un plan plus ambitieux que de simplement garer un tas de camions le long de la rue Wellington en faisant #HonkHonk, et de faire une fête de rue pendant un week-end. Ils ont apporté assez de fournitures pour être là pendant des semaines. Ils ont installé des cantines et des services dans les rues qui ont été bloquées. Ce sont des gens qui savent vraiment ce qu'ils font.

Ils ne parlent qu'aux personnes avec lesquelles ils ont choisi de parler. L'un d'entre eux était Glenn Beck : « Tout le monde en a marre ».

Et ils ne veulent pas seulement parler du Canada...

Il n'y a désormais plus le moindre doute dans mon esprit que le fait que #freedomconvoy2022 soit devenu mondial en une seule et même semaine n'est pas une coïncidence.

10) Si les camions sont déjà partis en Australie, il n'y a aucune chance que ce soit sur un coup de tête. L'été australien constitue un environnement tout aussi difficile pour la logistique que les prairies canadiennes en hiver. On ne fait pas une chose pareille au pied levé...

11) Le dernier point est que les mèmes sont la clef. Tout cela ressemble à une sorte de farce, et une sacrée bonne farce qui plus est. Cela me rappelle cette vieille blague d'ingénieur universitaire qui consiste à laisser une coccinelle Volkswagen en marche dans le bureau du doyen (ou comme cela s'est passé dans la vraie vie, la fois où le département d'ingénierie de l'UBC a suspendu une coccinelle VW au pont Lionsgate à Vancouver). Je pense que le seul pays au monde où l'on aurait pu inventer une telle chose est le Canada, en sachant exactement comment cela serait pris par le reste du monde. Les réactions d'étonnement devant le fait que les Canadiens « placides » et » pacifiques » aient enfin craqué et se soient lancés dans cette riposte franchement hilarante, qui a rempli le monde d'espoir, tel un rayon de soleil perçant les fumées du Mordor, EST précisément LE MESSAGE. Les Canadiens sont en fait les seuls au monde à avoir si profondément ancrée dans leur caractère national la capacité de rire d'eux-mêmes, de leurs dirigeants et de leur propre souffrance, qu'ils pourraient faire reculer les ténèbres de l'enfer en riant. Les mèmes sont un élément très important de la manifestation – et beaucoup se rendent compte que le sombre cauchemar dans lequel ils étaient plongés – le profond sentiment de désespoir qui a asservi le MONDE ENTIER pendant deux ans, a subitement commencé à se dissiper. Nous nous réveillons d'un cauchemar et nous nous rappelons que le monde est bon, que les gens sont forts et libres, que l'âcre tristesse du Monde à l'Envers ne correspond pas au monde qui nous a été donné par Dieu, et que nous ne sommes pas obligés d'y vivre. Nous pouvons tout simplement dire non. Nous sommes déjà libres.

source : Le blog de Jeanne Smits
#97
Fraudes d'ordre sanitaire / Les données officielles indiqu...
Dernier message par Ouebmestre - 02 Février, 2022, 21:03:05
Les données officielles indiquent que les personnes triplement vaccinées développent le syndrome d'immunodéficience acquise à un rythme alarmant



Une enquête approfondie sur 5 mois de données officielles du gouvernement britannique publiées par l'Agence de sécurité sanitaire du Royaume-Uni semble confirmer les prédictions faites précédemment par The Expose selon lesquelles la dose de « rappel » de Covid-19 donnerait un coup de fouet temporaire de très courte durée au système immunitaire de la population vaccinée avant de décimer son système immunitaire beaucoup plus rapidement que ce qui avait déjà été observé chez les personnes ayant reçu deux doses du vaccin Covid-19.

En bref, les données officielles du gouvernement britannique suggèrent fortement que la population vaccinée contre le Covid-19 développe une nouvelle forme de syndrome d'immunodéficience acquise induite par le vaccin Covid-19.

L'Agence britannique de sécurité sanitaire (UKHSA) publie un rapport hebdomadaire de surveillance des vaccins, chaque rapport contenant quatre semaines de données sur les cas, les hospitalisations et les décès liés au Covid-19, par statut vaccinal. Pour notre enquête, nous avons analysé 5 de ces rapports de surveillance des vaccins publiés, contenant des données du 16 août 2021 au 2 janvier 2022, afin d'obtenir une image claire de l'effet des vaccins Covid-19 sur le système immunitaire de la population vaccinée, et voici ce que nous avons trouvé...

Les rapports de surveillance des vaccins de l'UKHSA utilisés pour notre enquête peuvent être consultés ici.

'Covid-19 Vaccine Surveillance Report – Week 37' (Published by PHE)
'Covid-19 Vaccine Surveillance Report – Week 41' (Published by UKHSA)
'Covid-19 Vaccine Surveillance Report – Week 45' (Published by UKHSA)
'Covid-19 Vaccine Surveillance Report – Week 49' (Published by UKHSA)
'Covid-19 Vaccine Surveillance Report – Week 1 – 2022' (Published by UKHSA)

Efficacité du vaccin Covid-19 dans le monde réel

Pfizer affirme que son injection d'ARNm Covid-19 a une efficacité vaccinale de 95 %. Cette affirmation repose sur un calcul simple (dont les détails complets peuvent être consultés ici) effectué sur le nombre d'infections confirmées dans le groupe vacciné et le groupe non vacciné au cours des premières étapes des essais cliniques toujours en cours.

Aujourd'hui, grâce à une multitude de données publiées par l'Agence britannique de sécurité sanitaire, nous sommes en mesure d'utiliser le même calcul que celui qui a servi à calculer l'efficacité à 95 % du vaccin Pfizer, pour calculer l'efficacité réelle des vaccins Covid-19, et les données dressent malheureusement un tableau extrêmement inquiétant.

Le rapport de surveillance des vaccins de la semaine 37 comprend le nombre de cas de Covid-19 par statut vaccinal entre la semaine 33 et la semaine 36 de 2021 (du 16 août au 12 septembre). Comme le rapport nous indique les taux de cas de Covid-19 pour 100 000 personnes parmi la population non vaccinée et la population vaccinée à deux doses, nous sommes en mesure de calculer l'efficacité réelle du vaccin au cours de cette période, et elle s'est avérée être la suivante –


Source

L'efficacité dans le monde réel de tous les vaccins Covid-19 disponibles combinés était aussi faible que moins-47% dans le groupe d'âge 60-69 ans, et aussi élevée que +66% dans le groupe d'âge moins de 18 ans entre le 16 août et le 12 septembre 2021. Les seuls autres groupes d'âge pour lesquels le vaccin avait un effet positif à ce stade étaient les 18-29 ans, les 30-39 ans et les 80 ans et plus. Mais comme vous pouvez le constater, aucun de ces groupes d'âge n'a montré une efficacité du vaccin proche de 95 %.

Cependant, il suffit de voir comment les choses se sont inversées un mois plus tard.

Le rapport de surveillance des vaccins de la semaine 41 incluait le nombre de cas de Covid-19 par statut vaccinal entre la semaine 37 et la semaine 40 de 2021 (du 13 septembre au 10 octobre), et l'efficacité réelle du vaccin au cours de cette période s'est avérée être la suivante –


Source

L'efficacité dans le monde réel de tous les vaccins Covid-19 disponibles combinés était aussi faible que moins-109% dans le groupe d'âge des 40-49 ans, et aussi élevée que +89% dans le groupe d'âge des moins de 18 ans entre le 13 septembre et le 10 octobre 2021. Le seul autre groupe d'âge pour lequel le vaccin avait un effet positif à ce stade était celui des 18-29 ans.

Ce qui est inquiétant, c'est la chute de l'efficacité réelle du vaccin dans tous les groupes d'âge, mais surtout dans le groupe des 40-49 ans, qui est passé d'une efficacité réelle de moins 36 % à moins 109 %.

Le fait que l'efficacité réelle des vaccins ait dépassé la barrière de moins 100 % suggère que non seulement les vaccins échouaient, mais qu'ils décimaient aussi complètement le système immunitaire des bénéficiaires.

La lecture du prochain rapport de surveillance des vaccins est donc effrayante.

Le rapport de surveillance des vaccins de la semaine 45 comprenait le nombre de cas de Covid-19 par statut vaccinal entre la semaine 41 et la semaine 44 de 2021 (du 11 octobre au 7 novembre), et l'efficacité réelle du vaccin au cours de cette période s'est avérée être la suivante


Source

L'efficacité réelle de tous les vaccins Covid-19 disponibles combinés était de moins-126 % dans le groupe d'âge des 40-49 ans et de +78 % dans le groupe d'âge des moins de 18 ans entre le 11 octobre et le 7 novembre 2021. Le seul autre groupe d'âge pour lequel le vaccin a eu un effet positif à ce stade est celui des 18-29 ans.

Ce qui est inquiétant, c'est que deux autres groupes d'âge ont dépassé la barrière des moins 100 %, les 50-59 ans passant à moins 116 % et les 60-69 ans à moins 120 %. Mais ce qui est peut-être plus inquiétant, c'est que l'efficacité des injections de Covid-19 a continué à baisser dans la tranche d'âge des 40-49 ans après avoir déjà dépassé la barrière des moins 100 % le mois précédent.

Ce que l'on peut également constater, c'est que l'efficacité de l'injection de Covid-19 chez les personnes de plus de 80 ans est passée de moins 22 % à moins 9 %. Cela coïncide avec le lancement de la vaccination de rappel dans ce groupe d'âge, ce qui suggère que les vaccins renforcent effectivement le système immunitaire. Il convient toutefois de noter que l'efficacité reste négative dans ce groupe d'âge et qu'elle est toujours inférieure à l'efficacité de moins 3 % observée entre la semaine 33 et la semaine 36 de 2021.

Le rapport de surveillance des vaccins de la semaine 49 fournit toutefois une image beaucoup plus claire de l'effet des rappels sur la population vaccinée à court terme.

Le rapport de surveillance des vaccins de la semaine 49 comprend le nombre de cas de Covid-19 par statut vaccinal entre la semaine 45 et la semaine 48 de 2021 (du 8 novembre au 5 décembre), et l'efficacité réelle du vaccin au cours de cette période s'est avérée être la suivante :



L'efficacité dans le monde réel de tous les vaccins Covid-19 disponibles combinés a été de moins 120 % dans le groupe des 40-49 ans et de plus 80 % dans le groupe des moins de 18 ans entre le 8 novembre et le 5 décembre 2021. L'efficacité réelle des injections de Covid-19 n'a en fait diminué que chez les 18-29 ans et les 30-39 ans pendant ces quatre semaines.

Les personnes âgées de plus de 70 ans ont été récompensées par un renforcement important de leur système immunitaire au cours de ces quatre semaines, l'efficacité du vaccin s'étant révélée être de +27% chez les 70-79 ans entre le 8 novembre et le 5 décembre 21, contre moins-84% entre le 11 octobre et le 7 novembre 21.

L'efficacité du vaccin chez les personnes âgées de plus de 80 ans est passée à +47% entre le 8 novembre et le 5 décembre 21, contre moins-9% entre le 11 octobre et le 7 novembre 21.

Les personnes âgées de 40 à 69 ans ont également bénéficié d'un renforcement de leur système immunitaire au cours de cette période, mais pas suffisamment pour que l'efficacité du vaccin soit positive. Cette amélioration de l'efficacité du vaccin coïncide avec le moment où les rappels ont été administrés à chaque groupe d'âge, comme le montre le graphique ci-dessous, extrait du rapport de surveillance des vaccins de l'UKHSA – Semaine 1 – 2022.



Si l'on considère que l'efficacité du vaccin est devenue positive chez toutes les personnes âgées de plus de 70 ans après l'injection de rappel, alors qu'elle était auparavant négative, nous devrions nous attendre à voir une efficacité bien meilleure du vaccin chez les personnes âgées de 40 à 69 ans dans le prochain rapport de surveillance des vaccins publié.

Mais malheureusement, ce n'est pas le cas.

Le rapport de surveillance des vaccins de la semaine 1 – 2022- incluait le nombre de cas de Covid-19 par statut vaccinal entre la semaine 49 et la semaine 52 de 2021 (du 6 décembre au 2 janvier), et l'efficacité réelle du vaccin au cours de cette période s'est avérée être la suivante –



Entre le 6 décembre et le 2 janvier, l'efficacité réelle du vaccin a atteint son niveau le plus bas à ce jour dans tous les groupes d'âge, à l'exception des plus de 70 ans, mais ces derniers ont encore une efficacité négative.

L'augmentation attendue de l'efficacité du vaccin chez les 40 à 69 ans ne s'est pas concrétisée et une énorme chute de l'efficacité du vaccin a été enregistrée, jusqu'à -151% chez les 40-49 ans.

L'efficacité du vaccin a également chuté dans la tranche d'âge des 30-39 ans, à moins 123 %, bien que le vaccin de rappel ait été administré à des millions de personnes au cours de la semaine 49.

Le graphique suivant illustre l'augmentation/diminution de l'efficacité du vaccin par mois dans chaque groupe d'âge sur une période de 5 mois allant du 16 août 21 au 2 janvier 22.



Les premières injections de rappel ont été administrées au cours de la semaine 37 de l'année 2021, et ce graphique illustre clairement comment elles ont permis de renforcer l'efficacité du vaccin au cours des deux mois suivants. Mais malheureusement, il montre aussi que cette amélioration a été de courte durée, l'efficacité des vaccins Covid-19 tombant à des niveaux effrayants entre les semaines 49 et 52.

Mais que signifie réellement une efficacité positive ou négative du vaccin ?

Les vaccins fonctionnent en simulant une attaque virale et en provoquant une réaction du système immunitaire comme si vous aviez été infecté par le virus. Ils sont censés entraîner le système immunitaire jusqu'à ce que vous développiez une immunité naturelle contre le virus. Par conséquent, l'efficacité d'un vaccin est en réalité une mesure de la performance du système immunitaire induite par le vaccin.

Une efficacité vaccinale de +50% signifierait que les personnes entièrement vaccinées sont 50% plus protégées contre le Covid-19 que les personnes non vaccinées. En d'autres termes, les personnes entièrement vaccinées ont un système immunitaire 50 % plus performant pour lutter contre la Covid-19.

Une efficacité vaccinale de 0% signifierait que les personnes entièrement vaccinées sont 0% plus protégées contre la Covid-19 que les personnes non vaccinées, ce qui signifie que les vaccins sont inefficaces. En d'autres termes, les personnes entièrement vaccinées ont un système immunitaire égal à celui des personnes non vaccinées pour lutter contre la Covid-19.

Une efficacité vaccinale de -50 % signifierait que les personnes non vaccinées sont 50 % plus protégées contre le Covid-19 que les personnes entièrement vaccinées, ce qui signifie que les vaccins décimeraient le système immunitaire.

Par conséquent, l'efficacité réelle des vaccins contre la Covid-19 s'avérant négative chez toutes les personnes âgées de plus de 18 ans en Angleterre, cela signifie que les systèmes immunitaires des adultes doublement ou triplement vaccinés sont décimés.

Performances du système immunitaire

La formule utilisée pour calculer l'efficacité réelle des vaccins Covid-19 était basée sur le calcul exact utilisé par Pfizer pour contrôler que leur vaccin avait une efficacité supposée de 95 %.

U = Nb de cas parmi les non vaccinés 
V = Nombre de cas parmi les personnes entièrement vaccinées
U – V / U = Efficacité du vaccin
Cependant, afin de calculer les performances du système immunitaire, nous devons effectuer un calcul légèrement différent qui divise la réponse à U – V par le plus grand nombre de cas parmi les non vaccinés ou complètement vaccinés.

Par conséquent, le calcul d'une performance positive du système immunitaire est –

U – V / U

Alors que le calcul d'une performance négative du système immunitaire est –

U – V / V

Le tableau suivant montre le boost/déclin mensuel du système immunitaire de la population vaccinée par rapport au système immunitaire naturel de la population non vaccinée-



Cela montre qu'au 2 janvier 2021 (Mois 5), les 40-49 ans triple/double vaccinés ont actuellement les pires performances du système immunitaire à -60%. Mais ils sont suivis de près par les 30-39 ans à -58%, les 18-29 ans et les 50-59 ans à -55%, et les 60-69 ans à -47% .

Le graphique suivant illustre la performance globale du système immunitaire parmi tous les groupes d'âge en Angleterre au cours des 5 derniers mois



Ce que nous pouvons voir d'après ce qui précède, c'est que les performances du système immunitaire des adultes âgés de 18 à 59 ans se sont détériorées aux pires niveaux à ce jour depuis qu'ils ont reçu le vaccin Covid-19. Alors que les performances du système immunitaire de toutes les personnes de plus de 60 ans se sont considérablement détériorées après la réception du rappel, mais pas encore au niveau observé entre la semaine 37 et la semaine 40.

Les plus de 70 ans ont cependant connu la baisse la plus spectaculaire des performances du système immunitaire entre le mois 4 et le mois 5 aux côtés des 18-29 ans.



Le renforcement de 55 % du système immunitaire des plus de 80 ans, obtenu par les injections de rappel entre le mois 3 et le mois 4, s'est presque entièrement détérioré entre le mois 4 et le mois 5. Leur système immunitaire est 1 % plus performant qu'au mois 3, mais reste 54 % moins performant que celui des personnes non vaccinées.

Le renforcement de 73 % du système immunitaire des 70-79 ans, apporté par les injections de rappel entre le troisième et le quatrième mois, s'est également détérioré entre le quatrième et le cinquième mois. Leur système immunitaire est 10 % plus performant qu'au troisième mois, mais reste 63 % moins performant que celui des personnes non vaccinées.

Le léger coup de pouce donné au système immunitaire de toutes les personnes âgées de 30 à 59 ans par les vaccins entre les mois 3 et 4 a été complètement décimé le mois suivant, tandis que les 18-29 ans ont vu les performances de leur système immunitaire diminuer de 60 % entre les mois 4 et 5.

Le graphique suivant illustre l'augmentation/dégradation des performances du système immunitaire dans tous les groupes d'âge en Angleterre au cours des 5 derniers mois.



Syndrome d'immunodéficience acquise induite par le vaccin Covid-19

L'efficacité réelle des injections de Covid-19 diminue considérablement en peu de temps, mais malheureusement pour la population vaccinée, au lieu que le système immunitaire revienne au même état qu'avant la vaccination, les performances du système immunitaire commencent à décliner rapidement, ce qui le rend inférieur à celui des personnes non vaccinées.

Les données officielles du gouvernement britannique prouvent qu'une dose de rappel du vaccin peut renforcer à court terme le système immunitaire des personnes vaccinées, mais malheureusement, ces mêmes données montrent que les performances du système immunitaire commencent ensuite à décliner encore plus rapidement qu'avant l'administration de la dose de rappel.

Ces données suggèrent donc que la population vaccinée aura désormais besoin d'un cycle sans fin de rappels pour renforcer son système immunitaire jusqu'à ce qu'il ne soit plus défaillant mais inférieur à celui de la population non vaccinée.

Le syndrome d'immunodéficience acquise est une maladie qui entraîne la perte de cellules immunitaires et rend les individus vulnérables à d'autres infections et au développement de certains types de cancers. En d'autres termes, il décime complètement le système immunitaire.

Par conséquent, pourrions-nous assister à une nouvelle forme de syndrome d'immunodéficience acquise induite par le vaccin Covid-19 ?

Seul le temps nous le dira, mais à en juger par les chiffres actuels, il semble que nous ne devions attendre que quelques semaines pour le découvrir.

source : https://dailyexpose.uk
via https://resistance-mondiale.com

https://reseauinternational.net/les-donnees-officielles-indiquent-que-les-personnes-triplement-vaccinees-developpent-le-syndrome-dimmunodeficience-acquise-a-un-rythme-alarmant/
#98
Arrondissement de la Tour du Pin / Manif Bourgoin 5 février 2022,...
Dernier message par Ouebmestre - 01 Février, 2022, 00:01:37
Rassemblement devant la médiathèque à 14 h ; départ du cortège à 14 h 15.
Consignes et répétition des slogans avant départ.
#99
Comparaisons internationales / Des militaires lanceurs d’aler...
Dernier message par Ouebmestre - 31 Janvier, 2022, 11:44:29
Des militaires lanceurs d'alerte donnent les chiffres des effets secondaires du « vaccin » dans l'armée étasunienne



Par Daniel Horowitz − Le 26 janvier 2022 − Source Actuintel

Les politiciens et les médias pro-pharma affirment que l'outil de pharmacosurveillance du CDC, le VAERS, n'est pas assez performant pour déclencher des enquêtes sur les vaccins, car n'importe qui peut soi-disant soumettre une entrée d'événement indésirable lié à un vaccin. Ainsi, tous les signaux de sécurité inquiétants émis par le VAERS sont ignorés, même si ce système a été mis en place pour consoler le public en exonérant les fabricants de vaccins de toute responsabilité. Aujourd'hui, des dénonciateurs militaires présentent des données qui, si elles sont vérifiées, signalent des problèmes de sécurité extrêmement inquiétants concernant le vaccin, qui font passer les données du VAERS pour un jeu d'enfant.

Lundi, au cours de l'audition de cinq heures du sénateur Ron Johnson sur un « COVID-19 : Second Opinion » , l'avocat de l'Ohio Thomas Renz, qui représente des clients poursuivant les mandats de vaccination, a présenté des données de facturation médicale du DOD provenant de la base de données d'épidémiologie médicale de la défense (DMED) qui brosse un tableau choquant et inquiétant de la santé des membres de notre service en 2021.

Selon l'armée, DMED est l'outil Web de la Direction de la surveillance de la santé des forces armées (AFHSB) qui permet d'interroger à distance les données anonymisées sur le personnel et les événements médicaux des composantes actives contenues dans le système de surveillance médicale de la défense (DMSS). En d'autres termes, il contient chaque code de facturation médicale CIM pour tout diagnostic médical dans l'armée soumis à la facturation de l'assurance médicale pendant une période donnée. Trois médecins militaires ont présenté à Renz des données interrogées qui montrent un pic choquant et soudain dans presque tous les codes CIM pour les blessures courantes liées aux vaccins en 2021.

Insertion de twitt : Lien


Dans une déclaration sous peine de parjure (NDLR : donc sous serment) que Renz prévoit d'utiliser devant un tribunal fédéral, les docteurs Samuel Sigoloff, Peter Chambers et Theresa Long – trois médecins militaires – ont révélé qu'il y a eu une augmentation de 300% des codes DMED enregistrés pour des fausses couches dans l'armée en 2021 par rapport à la moyenne sur cinq ans. La moyenne sur cinq ans était de 1 499 codes pour des fausses couches par an. Au cours des 10 premiers mois de 2021, elle était de 4 182. Comme Renz me l'a expliqué dans une interview avec TheBlaze, ces médecins ont interrogé les chiffres de centaines de codes de 2016 à 2020 pour établir une moyenne de base sur cinq ans. Ces codes concernaient généralement des affections et des blessures que la littérature médicale a établies comme étant des effets indésirables potentiels des vaccins.

M. Renz m'a dit que les chiffres tendaient à être remarquablement similaires pour toutes ces années précédentes, y compris en 2020, qui était la première année de la pandémie mais avant la distribution des vaccins. Mais en 2021, les chiffres sont montés en flèche, et les données de 2021 ne comprennent même pas les mois de novembre et décembre. Ainsi, certains responsables de la santé publique supposent que le COVID lui-même expose les femmes à un risque plus élevé de fausses couches. Mais le nombre de codes de fausses couches enregistrés en 2020 était en fait légèrement inférieur à la moyenne sur cinq ans (1 477). Cependant, ils n'étaient pas radicalement inférieurs à la moyenne dans une catégorie quelconque, au point que l'on puisse suggérer qu'il s'agit d'un reflet de la diminution des consultations médicales liée au confinement, qui a en quelque sorte conduit à une augmentation des diagnostics en 2021.

La base de données contient tous les codes CIM pour les visites à l'hôpital militaire et les visites ambulatoires. Les données présentées par Renz jusqu'à présent proviennent toutes de l'interrogation des données de diagnostic ambulatoire.

Outre le pic des diagnostics de fausses couches (code CIM O03 pour les avortements spontanés), on constate une augmentation de près de 300 % des diagnostics de cancer (d'une moyenne de 38 700 par an sur cinq ans à 114 645 au cours des 11 premiers mois de 2021). Il y a également eu une augmentation de 1 000 % des codes de diagnostic pour les problèmes neurologiques, qui sont passés d'une moyenne de base de 82 000 à 863 000 !

Voici d'autres chiffres qu'il n'a pas mentionnés lors de l'audition mais qu'il m'a donnés lors de l'interview :

1 -    infarctus du myocarde. 269% d'augmentation
2 -    paralysie de Bell. 291 % d'augmentation
3 -    malformations congénitales (pour les enfants de militaires). 156 % d'augmentation
4 -    infertilité féminine. augmentation de 471%
5 -    embolies pulmonaires. augmentation de 467%

Tous ces chiffres concernent les visites ambulatoires, car c'est là que se produisent la plupart des diagnostics dans l'armée. Cependant, Renz a dit que les augmentations étaient également indiquées chez les patients hospitalisés. J'ai vu l'une des déclarations sous serment de l'un des médecins militaires, qui dit ceci : « C'est mon opinion professionnelle que les augmentations majeures des incidences des cas de fausses couches, de cancers et de maladies susmentionnés sont dues aux « vaccinations » COVID-19″.

Selon Renz, c'est l'expérience clinique réelle des trois médecins cités et de plusieurs médecins anonymes qui les a conduits à enquêter sur DMED, et leurs découvertes reflétaient leur expérience du traitement de patients atteints de maladies extrêmement inhabituelles chez de jeunes soldats en bonne santé depuis le lancement des vaccins.

J'ai parlé à l'un des dénonciateurs qui affirme être gravement préoccupé par le fait de voir de jeunes soldats atteints de cancers métastatiques soudains, de maladies auto-immunes et de troubles cardiaques et circulatoires qui ont poussé de nombreux soldats à abandonner divers programmes de formation. « Ces médecins ont été motivés à explorer les données DMED en raison du nombre d'augmentations de cas qu'ils constataient de manière empirique », a déclaré le dénonciateur, qui a servi dans l'armée pendant de nombreuses années. « Certains médecins de l'ensemble de la force (toutes branches confondues) ont été intimidés par les ordres de ne pas effectuer l'ensemble des tests et de ne pas adhérer aux règlements, qui ordonnent implicitement des bilans complets pour les effets indésirables des vaccins EUA. Il faudra que d'autres médecins militaires se manifestent et partagent leurs expériences pour que l'énormité de ces allégations soit pleinement établie et qu'une enquête soit menée dans toute son ampleur. »

Renz affirme qu'il dispose d'une vidéo avec deux témoins montrant l'ensemble du processus de téléchargement de ces données depuis la base de données et qu'il est prêt à la présenter au tribunal. Il m'a également dit que ce n'était que « la partie émergée de l'iceberg », car les codes ont augmenté de façon exponentielle dans de nombreuses autres catégories de diagnostics. M. Renz a déclaré que sa feuille de calcul, qui comprend plus de 100 catégories de diagnostics médicaux, a été communiquée au sénateur Johnson et à son personnel avant l'audience de lundi.

Il est important de noter que ces chiffres ne représentent pas le nombre de personnes individuelles diagnostiquées pour diverses affections, mais le nombre de codes de diagnostic utilisés dans leur totalité à un moment donné. Par exemple, une personne victime d'un accident vasculaire cérébral va évidemment accumuler de nombreux codes CIM neurologiques au cours d'une année, avec de multiples visites ambulatoires et hospitalières. Toutefois, la comparaison entre les courbes et les courbes des cinq années précédentes montre clairement un pic incontestable des affections.

Si ces chiffres sont vérifiés dans les procès à venir, alors, en l'absence d'une fraude massive à l'assurance militaire ou d'un problème bizarre dans le système, cela pourrait donner une image choquante des problèmes de sécurité des vaccins qui indiquerait que non seulement les signaux de sécurité du VAERS auraient dû être immédiatement suivis, mais qu'ils sont en proie à une terrible sous-déclaration. L'armée est une population définie, limitée, et étroitement contrôlée et surveillée. Ils sont également très majoritairement jeunes et en bonne santé. Si les allégations de problèmes neurologiques, cardiaques et de cancer liés aux vaccins sont effectivement vraies, l'armée serait l'endroit le plus révélateur pour le découvrir, et ses données sont les plus fiables et les plus incontestables.

Le DMED est littéralement un programme de surveillance épidémiologique conçu dans le but exprès de détecter les poussées de maladies et de blessures afin de s'assurer que l'armée est prête au combat. Il s'agit de sécurité nationale encore plus que de santé publique. Pourquoi l'armée n'aurait-elle pas tiré la sonnette d'alarme et prévenu immédiatement le CDC au sujet de ces données ? Sur le site Web du système de santé militaire, la Division de surveillance de la santé des forces armées (AFHSD) est décrite comme « la ressource épidémiologique centrale pour les forces armées des États-Unis, menant une surveillance médicale pour protéger ceux qui servent notre nation en uniforme et les alliés qui sont essentiels à nos intérêts de sécurité nationale ».

Comment l'Agence sanitaire de la défense (DHA) a-t-elle pu ignorer les signaux de surveillance criants et flagrants d'une vie entière, et comment cela n'a-t-il pas été communiqué au grand public ? La question est de savoir pourquoi les analystes de la santé publique militaire n'ont pas communiqué avec les médecins militaires au sujet des pics choquants de diagnostics cette année et pourquoi ils n'ont pas publié d'analyse pour l'expliquer.

Pour sa part, le sénateur Ron Johnson a déclaré lors de l'audience de lundi qu'il avait mis le ministère de la Défense en demeure de ne pas supprimer les données. « Le ministère de la Défense, l'administration Biden sont avertis qu'ils doivent préserver ces dossiers et que cela doit faire l'objet d'une enquête », a déclaré Johnson. M. Renz a déclaré lors de l'audience que certaines des données relatives à la myocardite avaient glissé vers l'arrière depuis que les médecins les avaient téléchargées l'année dernière.

Même si, d'une manière ou d'une autre, ces augmentations fracassantes n'ont rien à voir avec les vaccins, n'est-il pas important que notre gouvernement enquête sur ce qui semble être un déclin catastrophique de la santé de notre force de combat en service actif ? Après tout, les données du DMED ont été conçues dans ce but précis. « Une personne peut faire un travail de recherche rien qu'avec ces données », a déclaré l'un des dénonciateurs à qui j'ai parlé. « Elles ont été conçues dans ce but précis. La quantité de points de données que vous pouvez interroger est presque illimitée. »

L'essentiel, selon Renz, est que la charge de la preuve incombe au gouvernement, et non aux militaires et aux citoyens contraints de prendre les clichés. Si les fabricants sont exonérés de toute responsabilité en cas de coercition gouvernementale pour l'utilisation de leur produit, et que les seules données de sécurité pharmacologique dont nous disposons sont complètement ignorées, alors quel est le recours de la population pour remédier aux problèmes de sécurité ? Selon l'avocat de l'Ohio, si les injections sont sûres et efficaces, alors le Pentagone ne devrait avoir aucun problème à expliquer la source de ces augmentations gargantuesques de cas de nombreuses maladies. La transparence est le remède le plus efficace contre une pandémie de secret.

Daniel Horowitz

Traduit par Actuintel

https://lesakerfrancophone.fr/des-militaires-lanceurs-dalerte-donnent-les-chiffres-des-effets-secondaires-du-vaccin-dans-larmee-etasunienne
#100
Fraudes économiques et monétaires / L’interdépendance des stratégi...
Dernier message par Ouebmestre - 28 Janvier, 2022, 23:20:11
L'interdépendance des stratégies pandémique et économique

Le corollaire de l'échec de l'initiative technocratique visant à liquéfier l'économie surendettée pourrait bien être la récession.


Par Alastair Crooke – Le 10 janvier 2021 – Source Strategic Culture
Il y a trois ans, j'ai dit à un professeur américain de l'U.S. Army War College à Washington, à propos de la campagne pour le retour aux États-Unis des emplois cols bleus perdus au profit de l'Asie, que ces emplois ne reviendraient jamais. Ils étaient partis pour de bon.

Il a rétorqué que c'était précisément le cas mais que je ne comprenais pas l'essentiel. L'Amérique ne s'attendait pas ou ne voulait pas que la majorité de ces emplois manufacturiers banals reviennent. Ils devraient rester en Asie. Les élites, a-t-il dit, ne veulent que se placer aux sommets de la technologie. Elles veulent la propriété intellectuelle, les protocoles, les mesures, le cadre réglementaire qui permettraient à l'Amérique de se démarquer et de se développer au cours des deux prochaines décennies d'évolution technologique mondiale.

Cependant, le véritable dilemme, selon lui, était le suivant : « Que faire des 20 %  de main-d'œuvre américaine qui ne seraient plus nécessaires, qui ne seraient plus indispensables au fonctionnement d'une économie américaine dirigée par la technologie ? »


En fait, ce que ce professeur m'a dit n'est qu'une facette d'un dilemme économique fondamental. À partir des années soixante-dix et quatre-vingt, les entreprises américaines se sont employées à délocaliser leurs coûts de main-d'œuvre en Asie. Il s'agissait en partie de réduire les coûts et d'augmenter la rentabilité (ce qui s'est produit), mais cela représentait également quelque chose de plus profond.

Depuis le début, les États-Unis ont été un empire expansionniste qui n'a cessé d'assimiler de nouvelles terres, de nouveaux peuples et leurs ressources humaines et matérielles. La marche en avant, l'expansion militaire, commerciale et culturelle continue sont devenues le moteur de Wall Street et de sa politique étrangère. Car, sans cette expansion incessante, les liens civiques de l'unité américaine sont remis en question. Une Amérique qui n'est pas en mouvement n'est pas l'Amérique. Cela constitue l'essence même de la leitkultur 1 américaine.

Pourtant, cela n'a fait que renforcer le dilemme souligné par mon ami. L'expansion s'est accompagnée d'un déluge de crédits de Wall Street dans le monde entier. Le fardeau de la dette a explosé, et est devenu très lourd, en équilibre instable sur une tête d'épingle de garantie sous-jacente authentique.

Ce n'est qu'aujourd'hui – pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale – que l'axe Russie-Chine a remis en question cette impulsion stratégique expansionniste américaine. Ils ont fait savoir qu'ils en avaient « assez ».

Pourtant, il y a toujours eu un autre aspect à cette dynamique de transition structurelle occidentale. Ses fondements, comme l'a suggéré le professeur, ne reposent plus sur le travail socialement nécessaire consistant à fabriquer des produits banals tels que les voitures, les téléphones ou le dentifrice. Mais le cœur du système réside désormais dans les spéculations sur des actifs financiers tels que les actions, les obligations, les contrats à terme et surtout les produits dérivés, dont la valeur est titrisée indéfiniment. Dans ce contexte, les 20 % (ou plus vraisemblablement les 40 %) de la main-d'œuvre disponible deviennent tout simplement superflus dans cette économie hautement complexe, hyper-financiarisée et en réseau.

Voici donc le deuxième dilemme : alors que le rétrécissement structurel de l'économie basée sur le travail gonfle le secteur financier, la volatilité complexe de ce dernier ne peut être contenue que par une logique de dopage monétaire perpétuel (injections perpétuelles de liquidités), justifiée par des urgences mondiales nécessitant des stimuli toujours plus importants.

Comment faire face à ce dilemme ? Eh bien, il n'y a pas de retour en arrière possible. Ce n'est pas une option.

Dans ce contexte, le régime pandémique devient le symptôme d'un monde si éloigné de toute autosuffisance économique réelle – suffisante pour soutenir sa main-d'œuvre existante – que le dilemme ne peut être résolu (du point de vue des élites) qu'en facilitant l'atténuation continue de l'ancienne économie, tandis que les actifs financiers doivent être réapprovisionnés par des ajouts réguliers de liquidités.

Comment le gérer ? Avec l'abolition progressive du rôle traditionnel de la main-d'œuvre dans la production des marchandises (soit par l'automatisation, soit par la délocalisation), les entreprises ont utilisé l'idéologie woke pour se réinventer. Elles ne produisent plus seulement des « choses », mais des produits sociaux. Elles sont des parties prenantes de la société qui « fabriquent » des résultats socialement souhaitables : diversité, inclusion sociale, égalité entre les sexes et gouvernance climatiquement responsable. Cette transition a déjà produit une corne d'abondance de nouvelles liquidités ESG circulant dans des artères économiques calcifiées.

Et la pandémie, bien sûr, justifie la stimulation monétaire, tandis que l'urgence de « santé » climatique qui suivra est préparée afin de légitimer une nouvelle expansion de la dette, pour l'avenir.

L'analyste financier Mauro Bottarelli a résumé la logique de tout cela comme suit : « Un état d'urgence sanitaire semi-permanent est préférable à un krach massif du marché qui transformerait le souvenir de 2008 en une promenade dans un parc. »

Le professeur de théorie critique et d'italien à l'Université de Cardiff, Fabio Vighi, a lui aussi noté l'« Incurabilité » de ce qu'il appelle « le Covid long du banquier central » – que l'injection d'un stimulus monétaire aussi énorme que celui que nous avons vu n'a été possible qu'en éteignant le moteur de Main Street 2, car une telle cascade de liquidités (6 000 milliards de dollars) ne pouvait pas être autorisée à se déverser bon gré mal gré dans l'économie de Main Street (selon les banquiers centraux), car cela aurait provoqué un tsunami inflationniste à la manière de la République de Weimar. Au contraire, son objectif principal a été de gonfler davantage le monde virtuel d'instruments financiers toujours plus complexes.

Inévitablement, cependant, couplé à des goulots d'étranglement dans la chaîne d'approvisionnement, le flot de liquidités a provoqué une hausse de l'inflation à Main Street, et a donc imposé de nouveaux dommages sur le terrain. L'objectif consistant à gérer l'atténuation de l'activité manufacturière d'une part (le confinement des petites entreprises), tandis que les liquidités circulaient librement vers la sphère financiarisée (pour retarder un krach boursier) a échoué. L'inflation s'accélère, les taux d'intérêt vont augmenter, ce qui entraînera des conséquences sociales et politiques négatives : la colère plutôt que la conformité.

Au cœur de la situation difficile de ceux qui dirigent le système, il y a le fait que, s'ils devaient perdre le contrôle de la création de liquidités – que ce soit en raison de la hausse des taux d'intérêt ou d'une dissidence politique croissante – la récession qui s'ensuivrait détruirait l'ensemble du tissu socio-économique.

Et toute récession grave aurait probablement des répercussions sur les dirigeants politiques occidentaux également.

Ils ont donc choisi, au lieu de cela, de sacrifier le cadre démocratique, afin de mettre en place un régime monétaire ancré dans le culte de la science et de la technologie, de la propagande médiatique et des récits catastrophistes, comme moyen de progresser vers une prise de pouvoir technocratique « aristocratique » sur le peuple. (Oui, dans certains « cercles », on considère ça comme une nouvelle aristocratie de l'argent).

De nouveau le professeur Vighi :

Citation    Les conséquences du capitalisme d'urgence sont résolument biopolitiques. Elles concernent l'administration d'un surplus humain qui devient superflu pour un modèle reproductif largement automatisé, hautement financiarisé et implosif. C'est pourquoi le Virus, le Vaccin et le Passeport Covid sont la Sainte Trinité de l'ingénierie sociale.

    Les
« passeports Virus » sont destinés à former les multitudes à l'utilisation de portefeuilles électroniques contrôlant l'accès aux services publics et aux moyens de subsistance personnels. Les masses dépossédées et licenciées, ainsi que celles qui ne se conforment pas aux règles, seront les premières à être disciplinées par des systèmes numériques de gestion de la pauvreté directement supervisés par le capital monopolistique. Le plan consiste à transformer le comportement humain en jeton numérique et à le placer dans les registres de blockchain gérés par des algorithmes. Et la propagation de la peur mondiale est le bâton idéologique parfait pour nous mener vers ce résultat.

Le point de vue du professeur Vighi est clair. La campagne de vaccination et le système du passeport vert ne sont pas des disciplines de santé autonomes. Ils n'ont rien à voir avec « la Science » et ne sont pas censés avoir un sens. Ils sont primordialement liés au dilemme économique des élites et servent également d'outil politique permettant à une nouvelle dispensation monétaire de supplanter la démocratie. Le président Macron a dit tout haut ce qui était inexprimé lorsqu'il a déclaré : « Quant aux non-vaccinés, j'ai vraiment envie de les emmerder. Et nous allons continuer à le faire, jusqu'au bout. C'est la stratégie ».

De même, le Premier ministre italien Draghi a multiplié les attaques contre les non-vaccinés, rendant les vaccins obligatoires pour les plus de 50 ans et imposant des restrictions importantes aux plus de 12 ans. Une fois encore, bien que le mantra soit de « suivre la science », ces mesures n'ont aucun sens : le variant Omicron infecte principalement les personnes doublement vaccinées, et non les personnes non vaccinées. Ce fait n'est jamais admis. Les deux dirigeants sont désespérés : ils doivent « liquéfier » leurs économies, et vite.

En effet, le Dr Malone, chef de file américain et père des vaccins à ARNm, a écrit à propos de ceux qui soulignent ces incohérences et ces illogismes – deux mois seulement avant la suspension de son compte Twitter – dans un message Twitter plutôt prophétique :

Citation    « Je vais parler franchement », a-t-il écrit.

    « Les médecins qui s'expriment sont activement pourchassés via les conseils médicaux et la presse. Ils essaient de nous délégitimer et de nous abattre, un par un. »

    Il a terminé en prévenant qu'il ne s'agit « pas d'une théorie du complot » mais « d'un fait ». Il nous a exhorté à « nous réveiller ».

Comme l'a noté le Telegraph, les scientifiques britanniques membres d'un comité qui a encouragé l'utilisation de la peur pour contrôler le comportement des gens pendant la pandémie de Covid ont admis que leur travail était « contraire à l'éthique » et « totalitaire ». Les scientifiques ont averti en mars 2021 que les ministres britanniques devaient augmenter « le niveau perçu de menace personnelle » du Covid-19, car « un nombre important de personnes ne se sentent toujours pas suffisamment menacées personnellement ». Gavin Morgan, un psychologue de l'équipe, a déclaré : « Il est clair que l'utilisation de la peur comme moyen de contrôle n'est pas éthique. L'utilisation de la peur a des relents de totalitarisme ».

Un autre membre du SPI-B a déclaré : « On pourrait appeler cela de la psychologie du « contrôle de l'esprit ». C'est ce que nous faisons... Nous essayons clairement de le faire de manière positive, mais cela a été utilisé de manière néfaste dans le passé ». Un autre collègue a mis en garde contre le fait que « les gens utilisent la pandémie pour s'emparer du pouvoir et faire passer des choses qui ne se produiraient pas autrement... Nous devons faire très attention à l'autoritarisme qui s'insinue ».

Le problème est cependant plus profond qu'un peu de « psychologie du nudge ». En 2019, la BBC a créé la Trusted News Initiative (TNI), un partenariat qui inclut désormais de nombreux médias grand public. La TNI a été ostensiblement conçue pour contrer l'influence narrative étrangère en période électorale, mais elle s'est développée pour harmoniser tous les éléments du message et éliminer les déviations dans le vaste domaine des médias et des plateformes technologiques.

Ces « points de discussion » harmonisés sont plus puissants (et insidieux) que n'importe quelle idéologie, car ils ne fonctionnent pas comme un système de croyances ou une éthique mais plutôt comme une « science » objective. Vous ne pouvez pas discuter avec, ou vous opposer à, la Science (avec un « S » majuscule). La Science n'a pas d'opposants politiques. Ceux qui la remettent en question sont étiquetés « théoriciens du complot », « anti-vax », « négationnistes du Covid », « extrémistes », etc. Ainsi, le récit pathologisé de la Nouvelle Normalité pathologise également ses opposants politiques : il les prive de toute légitimité politique. L'objectif est évidemment de les contraindre à se conformer. Macron l'a dit clairement.

La séparation de la population sur la base du statut vaccinal est un événement historique. Si la résistance est étouffée, une carte d'identité numérique obligatoire pourra être introduite pour enregistrer la « justesse » de notre comportement et réglementer l'accès à la société. Le Covid aura été le cheval de Troie idéal pour cette percée. Un système mondial d'identification numérique basé sur la technologie blockchain est prévu depuis longtemps par l'Alliance ID2020, soutenue par des géants comme Accenture, Microsoft, la Fondation Rockefeller, MasterCard, IBM, Facebook et l'omniprésente GAVI de Bill Gates. À partir de là, la transition vers le contrôle monétaire devrait se faire relativement en douceur. Les CBDC permettraient aux banquiers centraux non seulement de suivre chaque transaction, mais surtout de bloquer l'accès aux liquidités, pour toute raison jugée légitime.

Le talon d'Achille de tout cela, cependant, est la preuve d'une véritable résistance populaire à la suppression par les plateformes technologiques de toute opinion dissidente (quelle que soit la qualité de sa source), au refus de permettre aux gens de choisir en toute connaissance de cause leur traitement médical, et aux restrictions arbitraires pouvant entraîner la perte des moyens de subsistance imposées par décret et étayées par des lois d'urgence, limitant la protestation populaire.

Mais de manière plus significative et paradoxale, le variant Omicron peut couper les jambes des dirigeants politiques qui ont l'intention de redoubler d'efforts. Il est tout à fait possible que ce variant léger (à peine létal), mais hautement contagieux, se révèle être le « vaccin » de la nature, nous donnant une large protection immunitaire – ostensiblement meilleure que celle offerte par les « vaccins » de la Science !

Nous observons déjà que les États européens sont confus et en désaccord les uns avec les autres – adoptant des lignes politiques diamétralement opposées : certains mettent fin aux restrictions, d'autres en décrètent de plus en plus. D'autres pays, comme Israël, réduisent les restrictions et s'orientent vers une politique d'immunité collective.

Bien sûr, le corollaire de l'échec de l'initiative technocratique visant à liquéfier l'économie surendettée pourrait bien être la récession. C'est malheureusement la conséquence logique de cette situation.

Alastair Crooke

Traduit par Zineb, relu par Wayan, pour le Saker Francophone

Notes :
1    Culture de référence ↩
2    Terme qui désigne la classe populaire, en opposition à Wall Street qui désigne les intérêts du capitalisme financier ↩

https://lesakerfrancophone.fr/linterdependance-des-strategies-pandemique-et-economique